Entre œuvres d'art, architecture et forme, Daniel Arsham brouille les pistes. Il a choisi Squarespace pour créer un site Web qui non seulement reflète son art, mais fait aussi office de boutique en ligne. Découvrez comment Daniel réfléchit à la notion de temps, gère le daltonisme en tant qu'artiste et plus encore.
Visiter le site DanielArsham.com

Comment Daniel Utilise Squarespace

Gestion des stocks

Suivez Vos Stocks

Exécutez les commandes, gérez les livraisons et consultez rapidement le niveau des stocks grâce à notre interface conviviale. Gérer une boutique en ligne n’a jamais été aussi simple.


Questions-réponses avec Daniel

Pouvez-vous me donner votre nom et votre profession ?

Je m'appelle Daniel Arsham et je suis artiste. Je réalise des œuvres d'art visuelles, des films, des peintures et des sculptures. Je viens de Cleveland, dans l'Ohio ; mais je suis désormais un vrai New-yorkais.

Quelle difficulté, probablement ignorée du public, rencontrez-vous dans votre travail ?

Il n'existe aucune règle pour mouler ou créer la plupart de mes œuvres. La plupart des matériaux que j'utilise — le cristal, les cendres volcaniques — ne sont pas habituellement utilisés pour mouler ou créer des œuvres d'art. Ce ne sont pas des matériaux communs pour donner naissance à de nouvelles idées.

Vous avez déjà écrit à propos d'architecture. Vous avez envie de nous en parler ?

Une grande partie de mon travail consiste à transformer le quotidien et à recréer des choses pour lesquelles les gens ont déjà des attentes. C'est comme ça que de nombreuses personnes apprennent à connaître mon travail, en y trouvant une familiarité dans les objets, les matériaux, qui sont ensuite transformés d'une façon différente.

Éprouvez-vous un engouement particulier pour le temps ?

Depuis que j'ai commencé, depuis que j'ai quitté l'école, j'ai une sorte d'obsession pour le temps dans le cadre de mon travail. Je laisse le temps flotter. C'est pourquoi je n'ai jamais intégré de chiffre à aucune de mes peintures ; je n'ai jamais essayé de les lier à une période spécifique. Pour moi, laisser mes œuvres flotter dans le temps crée une atmosphère un peu mystérieuse. Une œuvre peut être contemporaine, mais elle peut aussi dater d'un millier d'années ; elle peut être du passé. De la même manière que mon travail manipule l'architecture ou les différents matériaux, il manipule aussi le temps.

Une grande partie de mon travail consiste à transformer le quotidien et à recréer des choses pour lesquelles les gens ont déjà des attentes. Il n'existe aucune règle pour créer.
Daniel Arsham

Vous avez un point de vue intéressant sur le futur. Avez-vous une vision particulière du passé par rapport à ce point de vue ?

Le futur et le passé me semblent assez malléables. Le passé est plutôt subjectif : tout dépend de là où vous vous trouviez et de votre façon de vivre les choses. Le futur paraît mystérieux ; mais le présent est le seul moment que nous pouvons vraiment connaître, qui semble réellement évident. J'aime beaucoup jouer avec cette confusion dans le temps.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est une « Relique Future » ?

Pour moi, une relique future est un objet de notre présent qui a été reformé dans des matériaux que nous associons à une période géologique, comme la cendre volcanique et le cristal. C'est un objet du présent qui semble avoir été découvert dans le futur.

Avez-vous des souvenirs intimes de votre enfance qui se sont manifestés tout seuls dans votre travail ?

Je choisis soigneusement les objets emblématiques que je vais intégrer à mon travail. Cette sélection se fait de manière intentionnelle, dans le but de permettre à un maximum de public d'entrer dans mon univers. Mes œuvres d'art fonctionnent à New York, à Tokyo, au Brésil... Je ne sais pas si cela est dû à la mondialisation, mais certaines choses sont comprises par tout le monde, et c'est ce que je cherche.

Vous avez confié par le passé être daltonien. Comment cela affecte-t-il votre travail ?

Je sais que je suis daltonien depuis tout petit. Je n'ai jamais pensé que cela avait une influence quelconque sur mon travail, j'ai toujours fait ce que j'ai voulu faire. Mais cela a considérablement limité la palette que j'avais sélectionnée. Il y a quelques années, j'ai reçu des verres qui corrigent partiellement ma vision des couleurs, ce qui me permet de voir une gamme de couleurs beaucoup plus large. Je ne porte pas de lunettes en ce moment. J'ai arrêté de les porter régulièrement, mais je les utilise comme un outil dans mon studio afin de trouver une vision plus objective. Grâce à elles, je peux voir ce que vous et la plupart des gens peuvent voir et, quand je les enlève, je vois à ma façon ; ainsi j'ai les deux visions.

Souhaitez-vous que votre art soit accessible à tous ?

Je veux que mon travail soit vu et vécu par un maximum de personnes ; j'ai envie qu'il soit très accessible.

Quelle est votre vision pour votre nouveau site Daniel Arsham ?

J'ai envie que mon nouveau site crée une véritable expérience. J'ai envie de créer un espace dans lequel les personnes qui connaissent déjà mon travail et celles qui ne le connaissent pas puissent se retrouver et avoir une vue d'ensemble de mon travail. Il existe de nombreux endroits très différents où voir mon travail, par exemple sur les réseaux sociaux et assurément dans une galerie ou un musée. Le site Web me permet de créer ma propre version, organisée comme je le souhaite, de mon travail. Je pense que c'est le seul endroit où je peux le contrôler de A à Z.

Mon site Web doit permettre aux visiteurs d'avoir une vision complète de mon travail. C'est un endroit où je peux créer une expérience de A à Z.
Daniel Arsham
Visionnez notre publicité « Make It Stand Out »
avec Daniel Arsham.
Daniel partage son travail avec le monde à l’aide de Squarespace.
Donnez vie à votre vision.
Commencer