Réussir Des gagnants
Retour

Faire honneur à son héritage culturel par la cuisine

En l’honneur du Mois du patrimoine de la région Asie-Pacifique, qui est célébré aux États-Unis en mai, nous mettons en lumière la diversité des cultures et des histoires au sein des communautés issues des îles de l’Asie-Pacifique (y compris les îles n’appartenant pas aux États-Unis). Pendant ce mois, nous vous présenterons des clients qui revendiquent leur appartenance à cette communauté. Notre thème, « Histoires de subsistance », tourne autour de la transmission des liens culturels et de leur renforcement d’une génération à l’autre, en particulier en temps de crise. 

Nous avons discuté avec quatre propriétaires de restaurants API pour tenter de comprendre comment ils célèbrent leur héritage par la cuisine, mais aussi comment ils utilisent leurs compétences culinaires pour faire face à la pandémie et aider celles et ceux qui en ont besoin.

Gado Gado

Lorsqu’ils ont créé Gado Gado, un restaurant qui porte le nom d’une salade indonésienne emblématique et dont la traduction littérale est « mélange mélange », Tom et Mariah Pisha-Duffly se sont inspirés de leurs voyages en Asie du Sud-Est et des racines chinoises et indonésiennes de Tom. Servant des plats originaux comme le curry de crabe bleu et le riz épicé à la noix de coco, ce restaurant est devenu un lieu incontournable pour beaucoup d’habitants de Portland. Gado Gado puise son inspiration dans l’héritage de la grand-mère de Tom, qui ne rechignait jamais à la tâche. Le restaurant a d’ailleurs lancé récemment une initiative qui porte son nom : Oma’s Takeaway. Fonctionnant avec une équipe restreinte et respectant des normes de sécurité et d’hygiène élevées, Oma’s Takeaway propose un menu tournant composé de plats « originaux, réconfortants et riches en saveurs », disponibles à emporter ou par livraison sans contact. 

Photo : Christine Dong

Photo : Christine Dong

Junzi Kitchen

Créé par Lucas Sin, finaliste du prix James Beard, le restaurant new-yorkais Junzi Kitchen propose un menu unique alliant cuisine américaine et cuisine chinoise. Pour Lucas Sin, l’objectif de Junzi Kitchen a toujours été de « montrer aux clients que la cuisine chinoise est régionale, diversifiée et colorée ». La réponse du restaurant face à la pandémie en est la parfaite illustration. Non seulement Junzi sert des plats aux travailleurs en première ligne de la lutte contre la pandémie (avec son programme Share a Meal), mais le restaurant a également lancé Distance Dining, un service de livraison sans contact avec un « menu à trois plats qui met en valeur la relation entre la cuisine chinoise et les autres cultures ».

Préparés en partenariat avec d’autres restaurants API (style « Asian Pacific Islander » ou Asiatique/Insulaire du Pacifique), les plats collaboratifs de Distance Dining sont inspirés par des thèmes tels que l’histoire de l’immigration sino-vietnamienne et la fusion entre des plats traditionnels chinois et la cuisine philippine et malaisienne. Malgré la pandémie, Junzi Kitchen s’engage à offrir à ses clients des expériences culinaires mémorables et pleines de sens, même si elles ne peuvent pas être vécues dans le restaurant pour le moment.

Photo : Andres Orozco

Photo : Andres Orozco

Han Oak

Basé à Portland, Han Oak est un restaurant familial coréano-américain géré par Peter Cho et Sun Young Park, partenaires aussi bien dans le travail que dans la vie privée. Les recettes, l’éthique professionnelle et le souci des autres de Han Oak, dont le nom fait référence aux Hanoks (les maisons traditionnelles coréennes), viennent en grande partie de l’enfance de Peter qui a été marquée par de nombreux plats traditionnels cuisinés en famille. « Les raviolis que je prépare pour le soir sont toujours remplis de souvenirs de ma mère et de mon enfance », explique-t-il. Certes Han Oak est fermé au public à cause de la pandémie, mais le restaurant propose des chèques-cadeaux que les clients peuvent acheter ; et il travaille en partenariat avec l’association à but non lucratif Urban Gleaners pour collecter les surplus de nourriture et les redistribuer aux personnes dans le besoin.

Kopitiam

Né de la volonté commune de ses cofondateurs, Kyo Pang et Moonlynn Tai, de préserver les plats et les méthodes de cuisine traditionnelles avec lesquels ils ont grandi, le restaurant Kopitiam était un simple café malaisien qui ne pouvait accueillir que 4 personnes à la fois lorsqu’il a ouvert ses portes sur Canal Street, à New York. Depuis, l’établissement a évolué et sert désormais de la cuisine nyonya, cuisine qui mélange à la fois des saveurs chinoises et malaisiennes avec des influences portugaises, néerlandaises et britanniques. Ayant dû fermer le restaurant afin de respecter les mesures de distanciation physique imposées par la pandémie de Covid-19, les gérants de Kopitiam se sont tournés vers les services de plats à emporter et de livraison et ont repensé leur vente de denrées

Photo : Jean Schwarzwalder

Photo : Jean Schwarzwalder

En ce Mois du patrimoine d’Asie-Pacifique, et comme tous les mois d’ailleurs, Squarespace est fier de soutenir les restaurateurs qui perpétuent les traditions culinaires et en façonnent de nouvelles. Vous vous sentez prêt(e) à créer un site web pour votre restaurant ? Parcourez nos templates primés et commencez dès aujourd’hui.

Articles associés

  1. Des gagnants

    Roni Mazumdar nous parle de la cuisine indienne et l’esprit de communauté

    Roni Mazumdar nous parle de la cuisine ...

  2. Des gagnants

    Cuisiner pour honorer ses racines et son identité

    Cuisiner pour honorer ses racines et son...

S’abonner

Abonnez-vous et recevez les derniers billets de blog « Réussir » ainsi que des actualités, des promotions et des partenariats de la part de Squarespace.

Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire.

Nous vous remercions de vous être abonné(e).